Sylvestius Tlatloc : La livraison...

Forum strictement RP

Sylvestius Tlatloc : La livraison...

Messagede Machuthu le Mer 04 Juil 2007 14:35:35

Absorbé dans ces réflexions sur la Clepsydre, Sylvestius ne remarque pas immédiatement le soleil particulièrement bas sur l'horizon...

Parbleu, il a promis de livrer cette lame aujourd'hui même à Dame Astrys de Vorgues au palais... Il ne serait pas de bon ton de faire patienter sa meilleure cliente... Le jeune alchimiste attrape le paquet pour le placer délicatement sous son bras et se dirige à vive allure vers les portes de l'immense bâtisse.

A l'entrée, les deux gardes ne le regardent même pas, habitués qu'ils sont aux allées et venues de l'artisan. En entrant dans la cour, le jeune homme s'extasie devant les couleurs chatoyantes qui inondent l'atmosphère et la rende presque féerique... Il ne se rappelle pas avoir vu les murs du palais s'orner de telles teintes et laisse un instant son esprit imaginer ce que cela serait s'il lui était donné de travailler su la multitude de décors qui ornent les murs de pierres grises... Sa rêverie est pourtant de courte durée... Il doit absolument livrer ce paquet... L'homme s'engage par un couloir, emprunte l'escalier de service qui mène au second étage, passe les quatre portes des chambres des serviteurs et s'immobilise enfin devant la porte de Dame Astrys... En outre, il la reconnaîtrait entre mille, elle est le reflet même des goûts de sa cliente. Cette dernière a été jusqu'à faire modifier l'ouvrage du charpentier pour y incruster toute la finesse des pierres ciselées dans un motif aérien à la symbolique oubliée...

Comme à son habitude, Sylvestius frappe trois coups secs à la porte. La réponse se fait quelque peu attendre et le jeune homme s'apprête à frapper de nouveau lorsque la voix de l'aristocrate se fait entendre...


Oui, qui va là ?

Voilà quoi est singulier, Dame Astrys attend en général ses commandes avec une telle impatience qu'elle reconnaît immanquablement les trois coups secs de l'alchimiste... Amusé plus que contrarié, Sylvestius répond, le plus calmement du monde...

Sylvestius Tlatloc, noble Dame, je viens vous porter votre commande.

D'un élan presque brutal, la porte s'ouvre, dévoilant à Sylvestius sa commanditaire, vêtue de ses plus beaux atours... Le jeune homme ne peut d'ailleurs s'empêcher de laisser son regard glisser le long des courbes délicates de sa cliente, particulièrement mises en valeur par cette tenue dont il voudrait pouvoir s'enorgueillir d'être le créateur.

Est-ce lié à sa parure ou aux artifices de la cour, la dame semble nettement plus jeune ce soir... A tel point que Sylvestius manque de ne pas la reconnaître... Qui plus est, loin d'attendre sa venue, elle semble particulièrement surprise de voir l'artisan, comme si ce dernier n'avait rien à faire là... Comme si elle ne l'avait jamais vu...


Mais quel est... Par quel prodige...

Puis, comme soudainement prise de crainte que Sylvestius ne s'explique pas, la noble Dame l'interroge ?

Vous deviez savoir pour moi... Pourquoi ne m'avoir rien dit ?
Puisse Gaïa veiller sur vos pas.
Avatar de l’utilisateur
Machuthu
Esprit du Conte (Admin)
 
Messages: 5062
Inscription: Jeu 22 Avr 2004 09:22:14
Localisation: ... d'un côté ou de l'autre du miroir... comme du goulet d'ailleurs...

Messagede Tlatloc le Jeu 05 Juil 2007 21:57:17

Sylvestius a grandi dans le grande ville; il n'est pas une chaussée, pas un passage, pas une venelle qui aie de secret pour lui. Une fois, une fois seulement il a été dupé: Il avait 5 ans, et un homme couverts de haillons avait vu ses osselets de turquoise que sont père lui avait offert pour son anniversaire. L'homme lui avait adressé la parole, avec cet air vaguement ironique et faussement convivial de ceux qui vont faire un mauvais coup, et usant de l'orgueil de l'enfant, il se fit prêter les osselets. Que Sylvestius ne revit jamais plus...
Aujourd'hui, le moindre regard, la moindre respiration suspecte, le moindre pas irrégulier, chaque détail est traité presque naturellement pour détecter un pourcentage de danger: si vous voyagiez avec des ouvrages d'or dans les ruelles tortueuses de Fort-le-Kirch à longueur d'année vous feriez pareil...ou vous seriez déjà étendu au sol.

Alors l'ambiance inhabituelle des appartements pourtant connue de Dame Astrys hurlait "garde-toi" aux oreilles en alerte de Sylvestius.

Un genou au sol et la main sur le coeur, l'orfèvre pesa bien ses mots, afin d'arriver à en savoir plus sans tout de suite montrer son désarroi. Etait-il menacé lui, ou bien était-ce elle, sa Dame, qui était la cible de cette menace confuse mais persistante?


Madame, Je n'ai de but que de vous servir. Si ma présence vous est importune, un mot seul de vous et je me retire. Mais croyez en mon indéfectible loyauté, mon talent comme mon âme sont rangés à vos côtés. C'est pour cela que je suis là, comme convenu, comme toujours...

Sylvestius laissa cette dernière phrase mourir en espérant avoir suffisemment ouvert de portes pour tenter d'entrevoir la cause de cet accueil inconfortable.
Alyaùs steryam vilnis nam, astryu cörianis velmùns!
Avatar de l’utilisateur
Tlatloc
Explorateur des plans
 
Messages: 397
Inscription: Ven 29 Juin 2007 12:34:11
Localisation: Mordor

Messagede Machuthu le Mar 10 Juil 2007 11:11:30

Voyant que Sylvestius n'a rien d'inamical ou de menaçant, la dame se reprend... Comme si elle venait de se rappeler un lointain détail, elle demande au jeune homme...

Dites moi ? Quelle date sommes-nous ?

Sylvestius ne se fait pas prier et réponds à sa cliente...

Nous sommes le quatrième jour des mois d'hiaver, gente dame... N'est ce pas aujourd'hui que je dois vous livrer ceci...

Sylvestius désigne alors d'un regard le colis qu'il tient dans les mains... Mais ce dernier est trop petit, trop chétif pour contenir l'objet qu'il a conçu... Il est similaire aux nombreux paquets qu'il porte habituellement, d'une taille plus raisonnable... andis qu'il observe ses mains incrédules, Dame Istrid le rassure enfin...

Ainsi vous ignorez tout de votre condition... Comme je suis heureuse d'être celle qui vous enseignera... Entrez je vous prie...

La jeune femme observe Sylvestius, longuement, tachant visiblement de jauger le jeune homme... Dans sa voix, il y a comme un espoir caché lorsqu'elle ajoute...

Vous... Un Voyageur... Comment cela aurait-il pu être autrement ?

Sylvestius n'a jamais vraiment voyagé... Et le terme de Voyageur ne lui convient par conséquent que très moyennement, mais la Dame n'y accorde aucune espèce d'importance...

Tout ceci doit vous sembler des plus étranges mon ami...

On vous a maintes fois, j'en suis sur, parlé des Rêveurs, ces hommes et ces femmes dotés de pouvoirs étranges dans le Rêves dont la réputation souffre de bien des maux...

Pour sûr, Sylvestius a souvent entendu parler des Rêveurs... Rarement en bien, il faut le dire... Il règne autour d'eux une atmosphère de mystère et de secret...

Eh bien, aussi étrange que cela puisse vous paraître, vous-même... Vous...

La dame s'interrompt, laissant à Sylvestius le soin de finir la phrase...
Puisse Gaïa veiller sur vos pas.
Avatar de l’utilisateur
Machuthu
Esprit du Conte (Admin)
 
Messages: 5062
Inscription: Jeu 22 Avr 2004 09:22:14
Localisation: ... d'un côté ou de l'autre du miroir... comme du goulet d'ailleurs...

Messagede Tlatloc le Mer 11 Juil 2007 12:09:49

Mais par quels artifices se peut-il...? Comment une telle révélation...pourquoi elle...Sylvestius est parfaitement désemparé. Tout lui semble si familier, et pourtant plus ne parait être comme avant, il cherche désespérement du regard quelque chose à quoi se rattacher sans pour autant trouver cet espoir.

-Je ne comprends pas, ma Dame. Je ne suis que Sylvestius Tlatloc, l'artisan. Vous voyez en moi des choses qui ne sont pas réelles, et je m'excuse par avance si des erreurs de comportement ont pu tromper votre jugement. Il est absolument impossible que je fasse partie de ces songeurs qui sont de bien étranges gens et j'ignore tout des activités diaboliques et honteuses qu'ils mènent en cachette, étouffés par leur honte et vivant dans la peur de la lumière. Je ne saurai faire partie de ces impies.

Un peu rassuré par son propre discours, Sylvestius relève la tête comme pour prouver son appartenance à la normalité, empli de fierté de ne pas faire partie de ces rêveurs que l'on traque d'un bout à l'autre des Provinces.
La Dame sourit enigmatiquement, puis perdue dans ses pensées elle murmura:
-le miroir ne ment pas. Il ne tient qu'à toi de garder ou non tes oeillières, et je comprendrai. Mais je t'invite à accepter ton sort avec joie, car rares sont ceux qui sont élus...

Sylvestius cru que sa tête allait explosée. Il n'était pas possible qu'un telle chose fut, et la caution d'un membre de la cour n'était que plus troublante; et si il s'agissait d'un piège? Cela expliquerai pourquoi cette gêne ambiante, dès le départ...

Mieux valait continuer à jouer la surprise en attendant...


-Ma Dame, je suis au désespoir de pouvoir abonder dans votre sens. Vous avez néanmoins parlé de m'"enseigner", et je demeure toujours attentif pour apprendre de nouvelles choses... Quelle noble art souhaitez vous donc me présenter?

Avec infiniment de précaution, Sylvestius déposa son paquet sur une table d'ébène et d'ivoire qu'il avait lui-même fabriquée l'année passé, et dont le plateau représentait en marqueterie le détroit de Maleforce par une mer démontée, avec quelques caravelles de marchand se frayant un chemin entre les deux falaises abruptes sous la carcasses imposante de l'Abbaye de Saint-Anthelmes. Il regretta un instant de ne pas avoir su rendre le reflet de l'orage dans les toits pentus d'ardoise de l'abbaye, puis se retourna à nouveau vers son auguste Dame.
Alyaùs steryam vilnis nam, astryu cörianis velmùns!
Avatar de l’utilisateur
Tlatloc
Explorateur des plans
 
Messages: 397
Inscription: Ven 29 Juin 2007 12:34:11
Localisation: Mordor

Messagede Machuthu le Ven 13 Juil 2007 13:51:21

Alors que Sylvestius se tourne à nouveau vers sa cliente, il ne peut s'empêcher d'être perturbé... Il y a quelque chose dans ce motif en marqueterie, quelque chose qui ne devrait pas être... Histoire d'en avoir le coeur net, l'artisan se retourne et observe à nouveau les fameux reflets de l'orage sur les toits pentus... Par tous les procédés que cette terre aie jamais connue, ils sont là, représentés tel qu'il aurait voulu les faire... Pourtant Sylvestius en est certain, il n'a jamais obtenu ce rendu... Qui ? Qui donc a pu ? Il faut qu'il sache, qu'il puisse apprendre le procédé auprès de ce maître... Suivant son regard, la dame s'adresse à Sylvestius...

C'est un motif splendide n'est-ce pas ? Je ne me lasse pas de l'observer... Ici, il semble s'animer d'une vie qui lui est propre... Je n'ai jamais vu pareille chose qu'avec vos créations... J'aurais du comprendre plus tôt que c'était les prémices d'un Voyageur...

Vous êtes conscient n'est-ce pas que cette table diffère de votre souvenir... La raison en est simple, elle n'est que le reflet de celle que vous avez créé...

Vous êtes un Rêveur, cela ne fait aucun doute jeune homme, tout comme je suis une Rêveuse et j'en veux pour preuve que vous vous tenez ici devant moi, au coeur même du Rêve...

Voyant Sylvestius prêt à démentir une nouvelle fois, la femme poursuit...

Toutefois, je puis vous apporter une autre preuve, bien plus tangible celle-ci... Donnez moi la main... Que je vous mène...
Puisse Gaïa veiller sur vos pas.
Avatar de l’utilisateur
Machuthu
Esprit du Conte (Admin)
 
Messages: 5062
Inscription: Jeu 22 Avr 2004 09:22:14
Localisation: ... d'un côté ou de l'autre du miroir... comme du goulet d'ailleurs...

Messagede Tlatloc le Ven 13 Juil 2007 14:23:59

Effectivement, Sylvestius devait être au beau milieu d'un rêve. La plus belle preuve en était cette gracieuse main tendue, la main blanche et fine d'une Dame de sang offerte à un roturier quasi-orphelin des bas quartier de la vieille ville. Si l'artisan n'avait jamais douté du respect, et peut-être même d'une sorte d'affection que pouvait lui porter sa plus puissante mécène, il était proprement impossible qu'une telle scène qui foulait au pied les coutumes sociales ancestrales du royaume puisse se dérouler dans la vraie vie.

Mais la main restait, immobile, suspendue dans l'attente. Or si il est une étiquette à adopter avec la Noblesse, il coûte encore plus de passer outre quand cette même noblesse vous invite à ignorer l'étiquette. D'un geste droit et direct, Sylvestius saisit la main d'Astrys de Vorgues, remettant son âme et sa vie au destin qui ferait en sorte de les protégers de rencontres dangereuses avec d'autres membres de la Haute Classe de Fort-le-Kirkch.

Sylvestius jeta un dernier regard à la table. Il semblait maintenant que les rayons d'un soleil d'hiver se frayaient un chemin à travers les épais nuages du ciel de tempête, éclairant ça et là divers éléments du tableau dont la proue grimaçante d'un vaisseau de la flotte royale...Un bon présage, ou une simple vue de l'esprit?


Je vous suis, ma Dame, fit l'artisan en se retournant à nouveau vers Astrys de Vorgues, lui signifiant ainsi qu'il s'en remettait à elle.

Mais avant que nous quittions ces lieux, sachez que je continue de croire que vous faites erreur, et que nos imaginations sont toutes deux trompées par ces étranges phénomènes dans cette pièce que je ne m'explique pas. Je ne vois ici d'autres rêves que celui d'être en votre présence...
Alyaùs steryam vilnis nam, astryu cörianis velmùns!
Avatar de l’utilisateur
Tlatloc
Explorateur des plans
 
Messages: 397
Inscription: Ven 29 Juin 2007 12:34:11
Localisation: Mordor

Messagede Machuthu le Lun 16 Juil 2007 12:26:53

Sylvestius a à peine le temps de finir sa phrase qu'Astrys l'entraîne d'un geste autoritaire vers la porte d'un placard...

D'un pas assuré, la dame passe littéralement au travers de la porte... Sylvestius, tenant toujours sa main se retrouve entraîné à sa suite... Voyant la porte s'approcher, il tend sa main libre devant lui et ferme les yeux, mais sa main ne rencontre aucun obstacle et quelques fractions de secondes plus tard, il sent une brise légère lui caresser le visage...

Ouvrant un oeil méfiant, l'artisan en reste muet... Plus de palais, plus de ville mais des collines verdoyantes à perte de vue rejoignant au loin de hautes montagnes enneigées... De vert et d'or, les larges plaines qui s'étendent aux pieds d'Astrys et Sylvestius sont totalement différentes de celles que l'on peut trouver dans les Royaumes côtiers...

Un brin moqueuse, Dame Astrys se tourne vers son compagnon...


Soit, puisque nous ne rêvons pas maître artisan, comment expliquez vous cela ?
Puisse Gaïa veiller sur vos pas.
Avatar de l’utilisateur
Machuthu
Esprit du Conte (Admin)
 
Messages: 5062
Inscription: Jeu 22 Avr 2004 09:22:14
Localisation: ... d'un côté ou de l'autre du miroir... comme du goulet d'ailleurs...

Messagede Tlatloc le Lun 16 Juil 2007 12:57:21

Impossible. Forcément impossible. Impossible de traverser les placards, et encore plus impossible -si cela avait un sens- de se retrouver dans ces paysages splendides à l'intérieur même d'un placard.

Sylvestius bredouilla:
"mais par quels artifices... ma Dame, vous... un sortilège..."

Malgré la surprise, l'artisan ressentait quelque chose de familier dans cet endroit, pourtant tellement éloigné des falaises tourmentées et des champs boueux des provinces côtières. En cherchant dans la biliothèque de son esprit, il retrouva ce contraste splendide entre les massifs enneigés et les plaines d'un vert profond, où le vent jouait à faire galoper des cavaleries fantômes dans les herbes ondoyantes... Que ce soient les boucles de ceintures en émail du Comte de Fermelaynes ou le vase de cristal et de malachite qu'il avait réalisé bénévolement pour l'Eglise Sainte-Aenaelle des Brise-Pourpoints dans le quartier des artisans de la Fort-le-Kirkch, c'était bien ces latitudes qu'il avait cherché à dépeindre. Mais elles n'étaient pas réelles, elles venaient du fin fond de son esprit.

Sylvestius regarda à nouveau sa Dame, incrédule.


Je ne l'explique pas, ma Dame. C'est...c'est prodigieux...Où sommes nous? Quel est ce pays? Comment avez-vous...? Expliquez-moi, de grâce!

L'artisan tournait sur lui-même, halluciné. Du haut de la colline douce, il contemplait l'immensité des plaines se brisant sur les massifs. Devant un paysage aussi grandiose, il eut l'espace d'un instant envie d'y faire figurer une signature à la fois divine et humaine, quelque chose qui servirait d'étalon-maître à cette grandeur splendide. Imperceptiblement, un calvaire de granite orné d'une procession de personnages sembla apparaître entre les contemplateurs et la somtuosité naturelle de l'endroit. Devant la grossierté des traits des sculpture, Sylvestius ferma les yeux, mais le calvaire avait disparu quand il les rouvrit...

Ma dame, où sommes nous?
Alyaùs steryam vilnis nam, astryu cörianis velmùns!
Avatar de l’utilisateur
Tlatloc
Explorateur des plans
 
Messages: 397
Inscription: Ven 29 Juin 2007 12:34:11
Localisation: Mordor

Messagede Machuthu le Mer 18 Juil 2007 11:10:29

Allons ? Vous en doutez encore ?

Nous sommes au coeur du Rêve mon ami, ce qui fait de vous un Rêveur... Ceci étant dit, je vous invite à oublier toutes les absurdités dont on a pu abreuver votre esprit à notre sujet... La plupart d'entre elles sont erronées... Retenez juste ceci... La nuit, notre esprit demeure éveillé, nous sommes les seuls à être conscient et à pouvoir, à notre réveil nous rappeler toute la splendeur du Rêve... Voilà véritablement ce qui nous différencie des autres hommes... Rien là de bien diabolique, n'est ce pas ?

Astrys ne laisse pourtant guère le temps à Sylvestius de répondre... Il y a tant à dire, tant à faire et à enseigner...

Nos coutumes veulent que le premier Rêveur à rencontrer un nouvel éveillé se voit confier la tâche de lui enseigner les règles qui régissent ce monde onirique... Par conséquent cette mission m'incombe à votre égard et je la remplirais du mieux que je puisse.

Pour être plus précise, nous sommes dans la partie du rêve qui reflète les Steppes d'Opalia et nous sommes parvenus jusqu'ici par un portail, sorte de raccourci dont le rêve regorge et qui peut prendre bien des formes...

Par où commencer ? Par le fait que tu es un Voyageur et moi une cartographe ? Non... Les sources, évidemment, cela me paraît indispensable...

Vois-tu ? Il existe au coeur du Rêve des sources de puissances inimaginables... Tels des cours d'eau, ces sources cherchent à s'écouler, à libérer une partie de leur pouvoir... Seulement, il existe peu de réceptacles pour ce pouvoir... Parmi ceux-ci, on trouve les hommes, enfin, certains hommes... Aussi, lorsqu'une source parvient à trouver un homme capable de servir de réceptacle à son pouvoir, elle commence à s'écouler en lui... Cela a pour conséquence première de l'éveiller au Rêve, d'en faire un Rêveur.

D'ailleurs, toi même, tu dois sentir cette nouvelle force en toi, cette sorte de chaleur dans ton torse... dans tes mains probablement aussi.

Sylvestius se concentre sur ses mains et sur son torse, sur cette sensation de chaleur qu'il devrait ressentir... Il y a certes un picotement étrange et cette étrange sensation, plus présente encore que d'habitude, que ses mains peuvent créer, qu'elles peuvent façonner et donner vie à des objets...

Les sources génèrent ainsi six types de Rêveurs, qui appartiennent à six Mesnies différentes...

Il y a les tout d'abord les Gardiens, ce sont les plus puissants de Rêveurs, leur source s'écoule avec force et ils disposent de pouvoirs exceptionnels à bien des égards... Seulement, ce sont tous des infirmes, sourd, manchot, cul de jatte, chétifs... La puissance de leur pouvoir n'a d'égal que la faiblesse de leur organisme.
Viennent ensuite les Spectres. Eux, sont toujours à la limite des deux mondes, si proches de la frontière qu'ils peuvent contempler le Réel depuis le Rêve et le Rêve depuis le Réel... La plupart des apparitions dont tu as pu entendre parler viennent d'eux... En effet, lorsqu'ils observent le Réel depuis le Rêve, ils se matérialisent sous forme Spectrale, d'ou leur nom...
Les Traqueurs quant à eux disposent d'un oeil perçant à bien des égards, lorsqu'ils posent leur regard sur toi, tu te sens transpercé de part en part, mis à nu... Ils lisent en nous comme dans un livre ouvert, tes chausses ou ta tunique leur en disent plus long que bien des discours...
Il y a aussi les Prophètes, étrange Mesnie dont les membres, peu nombreux, peuvent voir le passé ou l'avenir. Leur vue, leur fait défaut, tous sont aveugles mais ils voient des choses que nul autre ne peut voir... Leur aide peut être très précieuse.
Moi, je suis une Cartographe, maîtresse des chemins du Rêve, je connais les portails, les royaumes et puit te mener par les chemins secrets... Tous nous disposons d'une carte, aux allures fort différentes certes, mais aux capacités identiques... tu peux la consulter, mais nous seuls pouvons la lire, la comprendre, ce que tu y verras n'auras aucun sens pour toi...
Enfin, tu es un Voyageur. On vous nomme sans-pouvoir ou encore Matérialiste. Tu verras que les pouvoirs de certains rêveurs défient l'imagination... Ton seul pouvoir sera toujours celui de créer... Seule votre Mesnie peut créer des objets dans le Rêve... Vous êtes pour la plupart dotés de dons physiques exceptionnels, la dextérité, la force, la vigueur... Enfin, vous êtes les seuls à pouvoir déterminer dans le Réel si un homme est un Rêveur ou pas.

J'ai conscience que tout cela doit te paraître bien étrange... Mais tu verras, il ne te faudra guère plus de quelques nuits pour assimiler ce que je viens de te dire, le Rêve fera bientôt partie intégrante de ta vie...

As-tu des questions avant que je ne poursuive ?
Puisse Gaïa veiller sur vos pas.
Avatar de l’utilisateur
Machuthu
Esprit du Conte (Admin)
 
Messages: 5062
Inscription: Jeu 22 Avr 2004 09:22:14
Localisation: ... d'un côté ou de l'autre du miroir... comme du goulet d'ailleurs...

Messagede Tlatloc le Mer 18 Juil 2007 18:05:18

Un peu sonné, Sylvestius triait ses pensées rapidement sans pour autant trouver un fil conducteur qui lui permettait de mettre de l'ordre. Comment? Pourquoi surtout? Et que faire?

Mais...vous allez et venez dans le rêve? dans quel but? Que faîtes-vous lorsque vous êtes ici? Et pourquoi cette mauvaise réputation, dans notre monde? Et qu'attendez-vous de moi...ici...

Il laissa mourrir sa phrase, en se rendant compte qu'une telle bousculade de questions prêtait plus à rire qu'à répondre. Il devait bien admettre que toutes ces nouvelles informations étaient pour le moins étranges, et si elles semblaient avoir un sens au début, il lui faudrait du temps pour saisir...Une source? une mesnie? Créer des objets? mais avec quoi? dans quels ateliers? et revoilà toutes ces autres questions qui à nouveau se précipitent dans sa tête...

Et puis, une autre question le taraudait. Dans le rêve, sa Dame avait-elle toujours son rang...
Alyaùs steryam vilnis nam, astryu cörianis velmùns!
Avatar de l’utilisateur
Tlatloc
Explorateur des plans
 
Messages: 397
Inscription: Ven 29 Juin 2007 12:34:11
Localisation: Mordor

Messagede Machuthu le Ven 20 Juil 2007 12:19:35

Dans quel but ? Voilà une question d'ordre bien philosophique... Pourquoi vivons-nous ? A quelle fin ? Nous vivons le Rêve comme tout homme vit le Réel, nous sommes des Rêveurs, c'est notre nature et nous ne pouvons rien faire contre cela...

Que faisons nous ici en ce cas ? Bien des choses à dire vrai... Autant que dans la vie Réel... Nous sommes seulement moins nombreux... Certains cherchent une raison, d'autres le pouvoir, d'autres encore vivent ici comme ils vivent dans le Réel... La majorité cependant a conscience du don qui lui a été fait et tente d'en faire usage ici pour changer ce qui doit l'être dans le Réel...

Pour ce qui est de notre mauvaise réputation, rien de plus simple... Beaucoup craignent ce qu'ils ignorent et beaucoup haïssent ce qu'ils craignent... Face à cette haine, nous n'avons d'autre choix que de nous cacher, ce qui accroît encore le mystère qui plane sur notre nature... Comme tu le vois, il s'agit d'un cercle vicieux qui entre tient la haine et la mauvaise réputation qui nous est attribuée... Quelle que soit l'arme que tu confies à un guerrier, ce qu'il en fait lui appartient... Nous disposons de facultés étranges dans le Rêve, ce n'est pas pour autant qu nous souhaitons les utiliser à mauvais escient... Le bien et le mal se côtoient ici comme dans le Réel... Seulement, les sans-esprits ne perçoivent bien souvent que le mal...

Voyant Sylvestius tiquer à l'expression Sans-esprit, Dame Astrys, précise...

Les Sans-esprits sont les hommes qui n'ont pas été choisis par une source... On les appelle ainsi car dans le Rêve, ils paraissent souvent dénués de bon sens...

Pour ta dernière question, à dire vrai je...

La Dame hésite avant de poursuivre, avec un long soupir de résignation, elle explique néanmoins...

Ce que nous attendons de toi ici ? Eh bien, la communauté des Rêveurs n'a aucune exigence particulière envers les nouveaux arrivants... Oh, bien sûr, il t'est interdit de voler, tuer ou piller, mais cela ne change guère du Réel... Mais...

De toute évidence en proie à un conflit intérieur, Astrys cherche ses mots...

Dans ton cas, tu... Ce serait du... En fait, ils n'exigerons rien de toi, mais pour ma part, j'aimerais que... Il faut que... Passer à côté de ça ce serait vraiment trop bête...

Enfin, la Cartographe semble trouver les mots adéquats et le courage de les prononcer...

Maître Tlatloc, votre don est rare. Je ne parle pas de celui des Voyageurs, non, je parle de votre talent à créer ces objets exceptionnels qui ornent votre modeste échoppe. De tels objets sont aussi rares dans le Rêve que dans le Réel... Ils disposent en outre de la faculté d'être enchantés... Nul ne vous obligera à pratiquer votre art ici, mais pour ma part, je considérerais comme une grande perte que vous vous y refusiez...

Comprenez bien, je n'ai ici aucun ascendant sur vous, mon rang et mon nom dans le Réel ne me donnent aucun droit d'exiger quoi que ce soit ici. Au coeur du Rêve nous sommes théoriquement tous égaux... Promettez moi d'essayer, de continuer votre oeuvre ici...

Au regard que lui lance Dame Astrys, Sylvestius comprend qu'il s'agit d'une supplique. De toute évidence, sa cliente éprouve une passion pour les beaux objets et déjà, elle s'imagine toutes les merveilles que le Voyageurs pourrait faire ici, en ce lieu où ne résident aucune limite...
Puisse Gaïa veiller sur vos pas.
Avatar de l’utilisateur
Machuthu
Esprit du Conte (Admin)
 
Messages: 5062
Inscription: Jeu 22 Avr 2004 09:22:14
Localisation: ... d'un côté ou de l'autre du miroir... comme du goulet d'ailleurs...

Messagede Tlatloc le Ven 20 Juil 2007 16:18:09

Bien sûr qu'il fallait créer ici! Ces endroits devaient regorger de lumières, de vues, d'inspirations extraordinaires, et peut-être même de nouveaux matériaux au potentiel encore à découvrir, des métaux étranges, des pierres irisées, des plantes et de graines aux reflets surprenants, des ivoires toujours inconnus... qui sait quelles découvertes l'on pouvait faire en ces lieux!

Mais comment créer... et surtout où?


Y a-t-il une ville? combien sommes nous? Où habitez vous en ces lieux, ma Dame? Où puis-je me procurer des outils? Des apprentis? Je sais que je vous abreuve encore de questions, et n'y voyez aucune malice, mais je jubile à l'idée de.... comment dire... de me confronter à cet endroit, et je dois avant tout m'organiser pour...d'ailleurs, enfin oui, bien sûr, j'aurai du commencer par cela, forcément je dois créer ici, je vais créer ici...Je sens... cette source, ce flux puissant en moi, un appel impérieux, je n'ai jamais ressenti ça, enfin depuis si longtemps...

Sylvestius porta son regard au sol, soudainement captivé. Il mit un genou à terre, et sembla déterrer quelque chose. Il se releva et tendit triomphalement un objet étrange vers la noble Astrys.

Regardez! Voyez cette beauté!

Dans sa main, un insecte étrange ondulait, un corps long et annulé sans grand charme, mais deux élytres qui découpaient la lumière éclatante du jour en nuance de grenat. L'artisan épousseta les restes de terre sur l'arthropode, hypnotisé par les étincelles noires et rouges que l'animal engendrait. Alors qu'il s'apprêtait à le tendre à nouveau vers sa Dame tout en se demandant comment l'utiliser pour rendre justice à son potentiel, l'insecte leva la tête et sorti deux grandes mandibules blanches qu'il planta d'un coup sec dans la paume de Sylvestius. Celui projeta l'animal au sol mais dû agiter sa main à plusieurs reprise avant qu'il ne lacha prise.

Sylvestius regardait maitenant ça main qui le lancinait, et les petites gouttes de son sang qui perlaient sur deux boutons mauves...


Mais ce monde irréel n'est-il pas sans danger? Sommes nous en sécurité ici? Tout est si différent...

En massant sa main, il tourna vers Dame Astrys un regard franc, déterminé. Il signalait ainsi son désir d'accéder à la requête de sa Dame, mais sa détermination à connaître l'état de lieu de ce monde bizarre. Au sol, l'insecte essayait déjà de retourner dans d'obscures galeries où il ne brillerait plus pour personne. Sylvestius déchira un pan de sa fine chemise de soie d'Outre-Aliégor, et faisant preuve d'un courage dont il ne se serait pas senti capable quelques minutes plus tôt, il reprit de sa main meurtrie l'invertébré, l'enveloppa dans la soie et le fourra dans la poche épaisse de sa veste en cuir d'auroch.

De toute façon, rien de beau ne se fait sans sacrifice, ajouta-t-il en souriant.
Alyaùs steryam vilnis nam, astryu cörianis velmùns!
Avatar de l’utilisateur
Tlatloc
Explorateur des plans
 
Messages: 397
Inscription: Ven 29 Juin 2007 12:34:11
Localisation: Mordor

Messagede Machuthu le Lun 23 Juil 2007 12:32:14

Dès qu'elle entend la réponse affirmative du Voyageur, le visage de Dame Astrys s'illumine littéralement... Et c'est avec un enthousiasme non feint qu'elle répond aux questions de Sylvestius...

En fait, il existe moult villes dans le Rêve... Chacune de nos villes Réelle se reflètent dans le Rêve... Fort-le-kirkch la capitale ne fait pas exception à la règle et c'est là-bas que je demeure... D'ailleurs, une bonne partie des Rêveurs du Royaumes demeurent là-bas... C'est une zone neutre, régie par des règles de non-agression ou l'usage des pouvoirs est très réglementé.

Pour ce qui est des outils, j'ai bien peur qu'il ne vous faille les créer vous même ou les acheter à un autre Voyageur... Quant aux apprentis, vous pouvez éventuellement utiliser des sans-esprits, c'est derniers vaquent parfois à leurs occupations quotidienne dans le Rêve... Malheureusement, ils sont imprévisibles... Ils peuvent être présent une heure dans la nuit comme des dizaines d'heures... Ceci étant dit, je suis certaine que d'autres Voyageurs seront ravis de vous aider dans vos créations...

Vous installer prendra peut-être un peu de temps, mais vous verrez, le jeu en vaut la chandelle...

Que diriez-vous si nous retournions à Fort-le-kirkch, que je puisse vous présenter à la communauté de Rêveurs... Certes, les temps sont durs et l'accueil risque de ne pas être aussi chaleureux qu'il le devrait, mais je vous en expliquerais les raisons... Notre communauté a fort à faire ces temps-ci...
Puisse Gaïa veiller sur vos pas.
Avatar de l’utilisateur
Machuthu
Esprit du Conte (Admin)
 
Messages: 5062
Inscription: Jeu 22 Avr 2004 09:22:14
Localisation: ... d'un côté ou de l'autre du miroir... comme du goulet d'ailleurs...

Messagede Tlatloc le Mar 24 Juil 2007 16:07:18

Bien sûr, Madame, nous aurons besoin de tous nous connaître...Mais pourquoi cet accueil ne serait-il pas aussi "chaleureux" qu'il le devrait? Bah! nous verrons bien... Peu m'importe l'enthousiasme des autres...Si il y a des villes, alors il y a des choses à créer...Des ennemis à séduire...Des esprits à conquérir...

Mais ces paroles couvrait mal l'angoisse qui tenait l'artisan; Solitaire, celui-ci n'appréciait guère les discussions et les atermoiements des cercles mondains ou autre, en réalité toute compagnie de groupe lui était pénible. Même dans son atelier, il se comportait malgré lui comme un tyran pour ne pas avoir à défendre ces points de vue, et ce ton bourru et vif qui était devenu sa signature auprès des ces équipes passées et actuelles l'avait fait surnommé "le Grand Crinche" dans tous les quartier des faiseurs, ce qui ne manquait pas de le faire enrager. Il redoutait donc un cérémoniel, des présentations avec des sourires et des poignées de mains qui jamais ne cacheraient à ses yeux le mépris ou la peur que provoque toute nouvelle rencontre. Il prit rapidement dans l'une de ses poches un étui de galuchat d'où il sorti une paire de cristaux fumés, tenus par un entrelacs d'anguilles d'argent complexes qu'il cala sur son nez, masquant ainsi ses yeux et mettant entre lui et les autres un masque de mystère qui lui permettait plus aisément de se sentir à l'aise.

Alors, en ville, ma Dame, je vous suis...
Alyaùs steryam vilnis nam, astryu cörianis velmùns!
Avatar de l’utilisateur
Tlatloc
Explorateur des plans
 
Messages: 397
Inscription: Ven 29 Juin 2007 12:34:11
Localisation: Mordor

Messagede Machuthu le Mer 25 Juil 2007 16:28:54

Tout en consultant une carte étrange que Sylvestius reconnaît comme étant un livre qu'il a lui même confectionné, Dame Astrys répond évasivement à l'artisan...

Oh, ne vous inquiétez pas, c'est surtout que notre communauté est aux prises avec une féroce créature qui a déjà fait parler d'elle par le passé... Elle revient hanter le Rêve aujourd'hui et beaucoup d'entre nous espèrent qu'elle ne versera pas autant de sang qu'à sa première apparition...

La femme referme le livre et se dirige rapidement vers un arbre à quelques dizaines de mètres de là... Le végétal n'est en rien différent des autres arbres et pourtant, Sylvestius comprend rapidement qu'il doit s'agir d'un autre portail...

Avec moins d'appréhension que pour son premier portail, l'artisan franchit ce second portail, non sans se demander s'il éprouvera toujours cette crainte de se cogner sur cette surface qui a toutes les apparences d'un objet normal...

Le portail en question vous ramène à quelques lieux de fort-le-kirkch et Astrys continue ses explications à Sylvestius...


La plupart des portails sont à sens unique, ce qui pose fréquemment des problèmes sérieux pour le retour... L'avantage de Fort-le-kirkch, c'est qu'elle fascine de nombreux hommes et qu'elle est, du coup, reliée par de nombreux portails... Le Rêve et l'imaginaire des hommes sont très influençables l'un par l'autre, tu le découvriras vite...

Tout en poursuivant, sa route vers les falaises, dans une direction opposée à celle de la ville, Astrys continue ses explications sur le Rêve... Vous abordez de nombreux sujets, comme celui des Ombres et des allégeances (hrp : Tu peux te référer au site Noctis Via pour voir ce que tu apprends de la discussion... )

Vous arrivez bientôt à l'entrée d'une petite grotte donnant sur la mer...


Ce passage nous permettra de rejoindre le palais... La ville est en état de siège, elle est encerclée dans le Rêve comme dns le Réel par les Oraliens...

L'artisan avait presque oublié cette sombre histoire... Voilà quelques jours à peine, on annonçait la mort du roi, abattu par un Rêveur, innocenté depuis d'ailleurs... Depuis le royaume était sans chef... Le souverain ne disposant pas d'héritiers directs, de nombreux nobles réclamèrent le droit de gouverner...

Rapidement, deux clans se formèrent, l'un, venus des Royaumes d'Oralia, l'autre composé des nobles de Fort-le-kirkch...

Depuis, les Oraliens tiennent le siège de Fort-le-kirkch défendu par un certain seigneur de Talur... Lui même prétendant au trône...

Perdu dans ses pensées, Sylvestius suit Astrys dans le couloir étroit jusqu'à arriver au niveau d'une salle beaucoup plus large... Là, une dizaine de poste de tir en arc de cercle sont tenus par des archers qui avisent votre arrivée et bandent leurs arcs... L'un d'eux reconnaît Astrys et demande aux autres de vous laisser passer... La jeune femme juge néanmoins bon de préciser...


Messieurs les Colosses, j'amène un nouveau voyageur afin de le présenter à Firkt...

Les hommes acquiescent silencieusement et vous laissent passer...

Quelques minutes plus tard, vous vous tenez à n'entrée d'un des salles de réception du palais... Astrys en pousse les portes, mais la salle est quasiment vide...

Elle cherche immédiatement le dénommé Firkt et le reconnaît se tenant un peu plus loin, distribuant les tâches comme le chef qu'il doit être... L'homme est imposant, sa carrure et son port laissent penser qu'il s'agit d'un formidable guerrier... Cependant, sans qu'il puisse s'expliquer pourquoi, l'homme à un abord plutôt sympathique... Pourtant, les yeux de Firkt choquent un peu Sylvestius... Il y a dans ce regard quelque chose d'étrange... C'est comme si l'artisan se retrouvait face à un homme qui a vu défiler plusieurs centaines de saisons mais qui semble toujours dans la force de l'âge...

Firkt avise votre venue, de toute évidence, le temps lui manque mais il tâche de faire du mieux qu'il peut...


Bonjour à toi, Lumière-cheminante... Et bienvenu à toi, Voyageur... Je présume que tu viens ici te présenter à la communauté... Comme tu le vois, nous sommes assez peu nombreux et j'ai bien peur d'avoir à requérir votre aide dès maintenant, avant même que tu ne sois présenté aux autres...

Panique est sous le tunnel de la porte Nord... Il faut absolument qu'elle y demeure enfermée... C'est notre seule chance de nous en débarrasser une bonne fois pour toute... Veux-tu bien retrouver les Rêveurs qui se trouvent déjà là-bas ? Le jeune Rêveur peut rester ici, le temps que la situation s'améliore... A moins bien sûr que tu ne préfères t'y rendre également...

Firkt plonge son regard dans celui de Sylvestius... Il n'y lit aucune obligation, juste une requête mais également un questionnement comme si l'homme le jaugeait...
Puisse Gaïa veiller sur vos pas.
Avatar de l’utilisateur
Machuthu
Esprit du Conte (Admin)
 
Messages: 5062
Inscription: Jeu 22 Avr 2004 09:22:14
Localisation: ... d'un côté ou de l'autre du miroir... comme du goulet d'ailleurs...

Suivante

Retourner vers La Voie des Ombres...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 0 invités